C'est quoi, la COP26 ?

La COP26, 26ème Conférence des Parties, est un sommet qui permet de fixer des objectifs mondiaux en faveur de la protection de l’environnement et de la réduction des émissions de gaz à effet de serre, et qui réunit chaque année 196 États signataires de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC). Financement, contributions de chaque État dans la lutte et l'adaptation au changement climatique, neutralité carbone à l'horizon 2050, et nouveaux engagements de chacun pour respecter les Accords de Paris, seront les sujets clés abordés cette année.



À la suite de son report en 2020 pour cause de COVID, la COP 26 (Conference of the Parties en anglais) aura bien lieu cette année.

Accueillie par le Royaume-Uni, en partenariat avec l’Italie, cette grande conférence internationale sur le climat se déroulera à Glasgow du 1er au 12 novembre 2021.

Ce sommet de négociations climatiques profitera également de la présence de nombreux représentants d’États, de régions, de villes mais aussi d’entreprises, d’investisseurs, d’associations et d’Organisations Non-Gouvernementales (ONG)…


Après des éditions décevantes de ce congrès, comme durant le sommet de Copenhague en 2009 avec un Accord de Copenhague peu ambitieux, la crise sanitaire actuelle risque cette année encore de compliquer l’organisation de cet événement international. Le premier sommet de la Terre date de 1979, et était organisé en Suisse, à Genève et depuis, d’autres sommets internationaux ont permis de faire avancer les choses et de parvenir à un accord universel de l'urgence de protéger notre planète et sa biodiversité, comme avec le protocole de Kyoto, entré en vigueur en 2005.


Des enjeux mondiaux ?


D’après de nombreuses études scientifiques, pour préserver au mieux notre planète des effets indésirables du réchauffement climatique, il faudrait que l’augmentation de la température moyenne n’excède pas 1.5°C. Malgré des accords communs, les efforts de la majorité restent insuffisants et la hausse des températures mondiales continuent de grimper.



Les sujets abordés

Lors de ce sommet qui se tiendra en Écosse, les cinq points clés qui seront abordés concerneront :

  • L’adaptation au changement climatique,

  • La finance,

  • Les pertes et dégâts,

  • L’article 6 : il prévoit un système d’échange de droits d’émissions de GES entre des pays qui en émettent trop, et des pays qui en émettent moins. Concrètement, les réductions d’émissions réalisées par un État pourraient être rachetées par un autre.

  • Les 1,5 °C : le 9 août dernier, le GIEC a publié un rapport estimant qu'au rythme actuel, le seuil visant à limiter le réchauffement climatique à +1.5°C en 2100 sera atteint entre 2030 et 2040.


Le dernier rapport du GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’évolution du Climat) nous alerte sur la dangerosité et l’irréversibilité du changement climatique : catastrophes naturelles et phénomènes météorologiques sans égal se multiplient et s’intensifient d’années en années et cela, dans le cadre de ce réchauffement de la planète.


L’urgence est grande et l’importance de prendre des décisions communes et de mener des actions concrètes au niveau mondial devient inévitable.

C’est lors d’événements comme celui-ci que tous les dirigeants du monde doivent agir pour changer les choses et faire honneur aux Accords de Paris, traité adopté en 2015 et dont ils sont tous signataires.



À chaque édition de cette Conférence des Nations Unies, chaque pays de la communauté internationale doit s’engager à son niveau et surtout, doit respecter ses engagements contre le dérèglement climatique.


L’atténuation de leurs émissions de CO2 passe aussi par le financement d’actions climatiques de manière solidaire, de la part des pays industrialisés en aidant notamment les pays en développement.


La prochaine décennie sera décisive en ce qui concerne notre planète, tant en termes de climat que de biodiversité. C'est maintenant que tout se joue…



" Le 9 août dernier, le GIEC a publié un rapport estimant qu'au rythme actuel, le seuil visant à limiter le réchauffement climatique à +1.5°C en 2100 sera atteint entre 2030 et 2040."


Et la France ?

Lors de ce sommet de la Terre, l’État français souhaite démontrer au monde entier qu’elle est et reste un acteur important et majeur dans la lutte contre le réchauffement climatique.


Pays hôte de la COP21, 21ème Conférence des Parties qui s’est déroulée au Bourget, en 2015, la France souhaite être garante des engagements climatiques pris par l’ensemble des représentants mondiaux dans le cadre de l’Accord de Paris, qui est un accord international et aux enjeux forts, qui se doit également d’être un accord global, universel et durable.


En portant des actions concrètes et en accord avec l’Union Européenne, en particulier sur :

  • Une transition équitable mondialement au niveau social,

  • Une solidarité financière pour l’ensemble des États présents, plus particulièrement de tous les pays développés envers les pays émergents,

  • Une innovation commune et collaborative au niveau technologique, scientifique et économique,

  • Une motivation grandissante et rapide pour s’adapter mondialement aux impacts du réchauffement climatique,

  • Un objectif de réduction de la pollution et de neutralité carbone collectif,

la France souhaite devenir un exemple dans ces actions en faveur du réchauffement de la planète. En faisant de ces engagements une obligation légale dans le cadre de la loi européenne sur le climat, l’UE souhaite réduire ses émissions de 55% d’ici 2030.


Le réchauffement planétaire nous concerne tous. C’est pourquoi l’UE et la France souhaitent encourager les autres représentants à accroître leurs efforts pour respecter les engagements qu’ils se sont fixés et à multiplier leurs actions en faveur de la lutte contre le changement climatique et afin de réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre.


Pour cela, l’Union Européenne réaffirme sa volonté de rester un des principaux contributeurs financiers pour lutter au niveau international contre le réchauffement climatique, en honorant ses engagements solidaires et en participant financièrement à la réalisation des objectifs des pays les plus vulnérables et des pays en voie de développement grâce à une coopération internationale.


“ Dans un environnement qui change, il n'y a pas de plus grand risque que de rester immobile. ” - Jacques Chirac

C'est en changeant radicalement notre manière de vivre que nous nous adapterons aux enjeux écologiques actuels et que nous protégerons notre planète. Il est important de réagir et de s'impliquer rapidement, concrètement et de manière durable.



L'engagement de la Fondation VALGO


La Fondation VALGO s’engage dans cette prise de conscience collective aux enjeux environnementaux et sociétaux actuels. Afin de participer à cette lutte inévitable, elle soutient différents projets aux valeurs environnementales fortes et concrètes en France et dans le monde, en faveur de l'écologie et cela à travers 3 grandes thématiques :

  • Environnement et Économie circulaire,

  • Éducation et Formation,

  • Art et Patrimoine.


Volonté d’agir, Adaptabilité aux enjeux locaux, Loyauté et éthique dans notre action, esprit de Groupe et l’Originalité des projets soutenus sont les valeurs portées par la Fondation VALGO.


54 vues